la-famille-belier
Cher M. Lartigau,
je suis allée voir votre film, La famille Bélier. En toute sincérité, j'ai beaucoup aimé ce film. Je l'ai trouvé très émouvant et très beau. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant et le final est de toute beauté.

Cependant, je m'interroge. Je sais bien que chaque oeuvre cinématographique n'est pas une oeuvre engagée et que certains films n'ont pas d'autre but que de divertir mais ...

Les acteurs qui jouent les parents de Paula (Louane Emera) sont entendants. Savez-vous qu'il existe de très bons acteurs sourds-muets ? Il existe des acteurs dont la langue "maternelle" est la Langue des Signes Française. Cette langue est pleine de subtilités qui n'ont pas pu être apprises à la va-vite par vos acteurs mais qui auraient été maitrisées par une personne pratiquant cette langue. Alors pourquoi écarter les personnes atteintes de surdité ?

Le premier point devrait déjà vous faire rougir mais le second devrait vous couvrir de honte : votre film parle, outre la situation de l'héroïne, de l'isolement de la famille Bélier à cause du handicap, de la surdité. Et pourtant, vous interdisez l'accès à votre film aux personnes sourdes.Lors de la diffusion du film au cinéma, il n'y avait pas de sous-titres ... N'avez-vous pas pensé à inclure des sous-titres par défaut ??

A quoi avez-vous pensé, Monsieur le réalisateur, lorsque vous avez choisi de faire un film qui parle de ce sujet ? A exploiter le handicap pour faire exploser le box office sans vous soucier le moins du monde du public handicapé ? Avez-vous pensé à un moment que les personnes sourdes pourraient avoir envie de suivre votre film de A à Z ? Est-ce qu'une fois de plus, les personnes atteintes de surdités devront attendre la sortie en DVD pour voir un film, qui cette fois, parle pourtant de leurs difficultés dans un monde fait pour les entendants ?

Imaginez que le film Intouchables n'ait été diffusé que dans des cinémas de quartier inaccessibles aux personnes handicapées ... C'est ce que vous offrez aujourd'hui à votre public sourd. Une belle vitrine pleine de pâtisseries et pas de porte pour venir les déguster.